Burundi : le vlogging face au journalisme

Serions-nous en train d’assister à une nouvelle école de journalisme ? Au Burundi, il n’est pas étonnant qu’un Youtubeur se prenne pour un journaliste. Des fois l’ignorance  et le manque de professionnalisme de certains vloggeurs se remarquent quant à l’abord de la personne à interviewer. 

L’internet fût introduit au Burundi en 1996 par un groupe d’opérateurs privés (regroupés au sein de la société Cbinet), affichait en 2007 un taux de pénétration de 0,21%. L’explosion de l’utilisation de la téléphonie mobile avec 6,5 millions de Burundais (55% de la population) qui ont un téléphone mobile, le Burundi enregistre en 2019, le taux de pénétration de 8%.

Depuis 2013, le Burundi dispose de câble de fibres  optiques sur tout le territoire national avec une connexion internet d’une bande passante de  800 Mbps, faisant le réseau internet du Burundi le plus dense d’Afrique orientale (avec environ 6.000 km sur une superficie de 27.834 km2).

Ainsi le Burundi se classe premier pays de l’EAC où la connexion internet est bonne et moins chère.  Avec le prix de 1000 francs burundais (0.3 dollars) on peut avoir une bonne connexion d’1.5 GB, sans interruption et ce pendant toute une journée. Voilà certains de facteurs qui ont boosté le nombre d’internautes au Burundi et la prolifération des medias en ligne, surtout des chaînes de télévisions en ligne ou sur les réseaux sociaux.

Il y a quelques jours, un youtubeur est allé interviewer une star de la musique burundaise, une interview qui  a failli tourner au vinaigre. Y allant d’une façon moins professionnelle, il  voulait même «violer » le domicile  de l’interviewé, dans le langage dit «Kuvumbura »  (surprendre, ndlr).

Or, depuis la nuit des temps, le journaliste ou simplement celui qui traite/ diffuse une information a été cette personne la plus disciplinée, cultivée respectant ses sources d’informations. Au départ, je suis parti de la question de savoir si on est en train d’assister à une autre nouvelle école de journalisme 2.0. En attendant la réponse de nos lecteurs, faisons simplement la part des choses :

Un Youtubeur est un vlogueur (la nouvelle appellation des blogueurs spécialisés dans les vidéos). Il est avant tout  vidéaste et réalise, publie régulièrement du contenu vidéo sur un site d’hébergement de vidéos (comme YouTube), un blog, ou un réseau social. Il n’est pas régi par aucune loi (au Burundi).

Il est comme le blogueur a la différence que le youtubeur est un blogueur vidéaste (vlogueur).

Il exprime/ explique ses opinions et il est libre dans le traitement d’une information car il n’est pas obligée de respecter une ligne éditoriale (même si on peut trouver des blogs qui en ont).

Pour un journaliste, c’est une personne qui recueille ou recherche, vérifie et écrit puis distribue des informations sur tout type de support média (presse écrite, radio, TV et les nouvelles technologies de l’information et de la communication du Web). Il doit scrupuleusement respecter l’éthique, le code et la déontologie du métier, tout en observant la ligne éditoriale de son media. Au Burundi, il doit travailler pour un medium reconnu par le Conseil National de Communication (CNC) et  disposer d’une carte de presse dument octroyée par cet organe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.